shadow
Respectez les gestes barrières pour lutter contre le covid-19! **** Le port du cache-nez est obligatoire **** Distanciation sociale de 1m...**** Les numéros Verts de la Cellule d’Ecoute de l’UNA 07 98 92 80 22 / 01 03 06 42 99**** Le concours de l’Ecole Préparatoire Aux Sciences de la Santé (EPSS) de l’UNA, édition 2021, se tient du 09 au 23 novembre 2021.

Lancement d’un projet pour améliorer la fourniture en eau et en électricité pour réduire le chômage des étudiants.

Le projet Etudes d’Ingénierie Intégrée à l’Industrie dans le cadre d’une Collaboration Nord-Sud (IIDES-NSC) visant à améliorer la fourniture en eau et en électricité dans les régions rurales de la Côte d’Ivoire, avec une main d’œuvre issue des universités ivoiriennes, a été officiellement lancé ce lundi 25 octobre 2021 à l’Université Nanguy Abrogoua (UNA) d’Abobo-Adjamé.

D’une valeur de plus de 400 millions de FCFA, le projet co-initié par l’association des ingénieurs et informaticiens camerounais en Allemagne (VKII) et conclu par la signature d’un partenariat entre l’université Nanguy Abrogoua et l’université Hochschule Niederrhein de Krefeld va notamment permettre partir l’installation de pompes hydrauliques électriques alimentées à l’énergie solaire.

Au-delà de l’adduction en eau et en électricité, le projet IIDES-NSC se fixe comme objectif de régler le problème d’employabilité des jeunes avec la mise en place d’un Master à l’UNA par les deux partenaires universitaires avec l’expertise des entreprises locales pour répondre aux besoins du marché du travail et la fourniture aux diplômes des compétences leur permettant d’être directement opérationnels sur le marché du travail.

Le Directeur de cabinet adjoint du Ministre de l’enseignement supérieur et recherche scientifique, Ouattara Djakalia a salué la mise en œuvre du projet, fruit de la coopération entre l’Allemagne et la Côte d’Ivoire.

Félicitant l’UNA qui œuvre pour le bien-être des populations à travers des projets à impacts rapides et sociétale, il a souhaité « que de nombreuses formations tournées vers l’industrie puissent voir le jour dans nos universités en vue d’une véritable professionnalisation des filières, afin d’impacter positivement l’employabilité des étudiants sortant du système d’enseignement supérieur. »

Pour Martin Kover, chargé d’affaires de l’ambassade d’Allemagne en Côte d’Ivoire, il s’agit de soutenir l’enseignement basé sur la pratique en apprenant « aux étudiants de l’université, comment construire des machines, des pompes qui marchent très bien dans le climat ivoirien. »

« L’Allemagne est ami de la Côte d'Ivoire. Nous renforçons encore notre soutien en ce qui concerne toutes les questions sur les enjeux du futur, la technologie durable, l’accès à l’eau, à l'électricité et l’esprit de l'entrepreneuriat entre la jeunesse ivoirienne » a-t-il rassuré.

Quant au Président de l’université, Pr Tanoh Yao, il a souligné que le projet IIDES-NSC est la concrétisation de l'ouverture vers le monde industriel : « Nous devons maintenant travailler avec l’industriel à chercher les solutions pour régler des problèmes qui se posent à la société. C’est pour cela que de plus en plus nos chercheurs se tournent vers les entreprises pour développer les solutions pour le bonheur des populations. »

Selon le représentant de la VKII, le choix de l’université ivoirienne est stratégique : « Il était important de prendre une université stratégique dans un pays politiquement stable pour établir de bonnes bases pour ce projet pilote et nous avons trouvé ici toutes les conditions pour travailler. Nous pensons déployer ce projet dans plusieurs pays du continent.

 

 

 

Par ailleurs, il présente son association comme « un pont entre l'Allemagne ou l’Europe et l'Afrique, en pensant à des projets pour permettre à nos jeunes frères d’ici de pouvoir créer de l’emploi sur place et donner un accès facile à l’eau et à l’énergie dans les zones rurales.

« Le plus important est de former les étudiants à pouvoir développer leurs connaissances dans un sens qui leur permettra, plus tard, de créer leur propre entreprise. La formation et la connaissance qui viendront de l’Allemagne seront adaptées au contexte d’ici pour permettre aux étudiants de développer eux-mêmes, leurs propres compétences. Notre rôle sera celui de l’encadrement et du conseil technologique. » a expliqué Pr Arne GraBmann, point focal du projet à l’université allemande.

Source : UNA